La fabrique, avec Cour d’Honneur de Jérôme Bel

Par Daphné Leimann, le 20 oct. 2017.

Cet automne 2017, le chorégraphe Jérome Bel est l’invité du festival d’automne à Paris qui présentera 8 de ses pièces et une projection. En préambule à ce festival, le 19 juillet dernier le festival Paris l’été inaugurait une nouvelle proposition intitulée d’une Cour à l’autre, le festival d’Avignon à Paris, nous donnant à voir dans la cour du Louvre, une captation filmée de la pièce Cour d’honneur¹ créée par Jérôme Bel en 2013 à Avignon.

 

 

Le dispositif
Le dispositif imaginé par le chorégraphe fabrique un objet inédit, une pièce qui mêle spectateurs (une enfant, des hommes et femmes aux professions variées : professeurs, infirmière, médecin, étudiant ...) et acteurs ou autres artistes, présences directes (solo dansé, alpinisme sur les parois de la cour d’honneur du Palais des papes, Agnès Sourdillon donnant la réplique à un spectateur pour un extrait de l’Ecole des femmes de Molière), et enregistrées (vidéos de Isabelle Huppert déclamant Médée d’Euripide en direct depuis l’Australie et projetée en gros plan sur les pierres du Palais des papes, bandes-son telles que la voix de Gérard Philippe dans le Prince de Homburg de Von Kleist).
Le  "recrutement" des spectateurs avait été organisé durant l’édition 2011 du festival d’Avignon via une annonce, publiée dans le programme du festival, dont le texte était le suivant :
« AVIS DE RECHERCHE. En vue de la pièce qu’il prépare pour la Cour d’honneur du Palais des papes en 2013, Jérôme Bel souhaite rencontrer des spectateurs ayant assisté à un ou plusieurs spectacles dans ce lieu depuis la création du Festival. Il les recevra à l’Ecole d’Art, sans rendez-vous, de 15h à 17h, du lundi 11 au vendredi 22 juillet, sauf samedi et dimanche. »²

Fabriquer un nouveau rapport au temps
Le résultat est un spectacle dans lequel s’entremêlent acteurs et spectateurs, rediffusion et direct. Ce qui se fabrique est donc d’abord un rapport singulier au temps. Jérôme Bel nomme « réactivations » ces moments de mise en présence avec des acteurs venus interpréter un moment de théâtre qui ont marqué la mémoire de l’un des spectateurs. « Des scènes de spectacles ayant eu lieu dans la Cour d’honneur et évoquées par des spectateurs sont rejouées par les acteurs ou les danseurs d’alors. »²
Les souvenirs de spectateurs ( ) trouvent une nouvelle mise en présence avec ce dispositif. C’est non seulement le temps qui a changé en les actualisant mais la position du spectateur qui prend en charge de témoigner de son expérience d’hier devant les spectateurs d’aujourd’hui.

Fabriquer « des spectateurs qui parlent »
La fabrique s’opère pour chaque spectateur qui passe de la contemplation silencieuse à l’effort de mettre des mots sur ce qu’il a vu, en nommant pour lui-même et devant les autres ce qui, dans spectacle l’a ému, touché, intéressé, surpris, dérangé.
Ce qui intéresse Jérôme Bel tient à l’expression du singulier, « Tout ce projet repose sur la subjectivité́ de chacun des spectateurs. J’ai respecté leurs choix de spectacles, même si ce ne sont pas toujours les miens, leurs goûts, leurs manières de s’exprimer, leurs singularités. Mon travail a été́ d’écouter individuellement chaque spectateur et de mettre plus ou moins en forme avec lui sa parole afin qu’elle puisse être transmise aux autres spectateurs. »² Le dispositif est en effet très précis. Il ne s’agit pas que le spectateur se fasse acteur mais bien qu’il parle de son lieu, de sa position de spectateur. « Ils ne sont pas des acteurs ...ils sont des spectateurs qui parlent »³ dit Jérôme Bel. Est nommée ici, la fabrique dont il s’agit : tenter d’articuler quelque chose d’une expérience qui était restée muette.

Une réponse à l’angle mort des savoirs
Comme dans le spectacle Gala mêlant amateurs et professionnels, handicapés et valides, ce que chacun a de plus singulier prend une forme nouvelle dans son adresse à l’autre et par les réponses de l’autre. Un nouage se fabrique entre l’un et l'Autre, entre la pulsion silencieuse et le plaisir de la parole. Jérôme Bel est très précis dans la nomination de sa visée, inventer un dispositif qui s’affronte à l’effort de dire ce qui était restée un « angle mort des savoirs. »³

 

Spectacle: COUR D'HONNEUR,
Conception et mise en scène: Jérôme Bel,
Avec, à l'écran: Isabelle Huppert (interprète),
Dans le cadre du Festival d'Avignon,
Lieu: Cour D'honneur du Palais des Papes, Avignon, le 16/07/2013

 

Voir plus : http://www.numeridanse.tv/fr/video/3804_cour-dhonneur

¹ Spectacle crée par le chorégraphe Jérôme Bel pour l’édition 2013 du festival d’Avignon et diffusée par captation filmée le 19 juillet 2017, dans le cadre du festival « paris l’été », d’une cour à l’autre, le festival d’Avignon à Paris.

² Entretien avec Jérôme Bel , pour le programme distribué lors du spectacle en 2013 à Avignon.

³ Video « rencontre avec Jérome Bel pour Cour d’Honneur», theatre-video.net